Marian Coat of Arms

Les Missions Africaines de la Congrégation des Pères Mariens de L'Immaculée Conception

L'Histoire de la mission catholique d'Atok

La mission catholique d’Atok, lié à la paroisse, portait d’abord le nom de Saint Thérèse de L’Enfant Jésus. La mission fut fondée en 1971. Depuis 1995 elle était abandonnée pendant 7 ans et servie seulement de loin par les prêtres venant -des paroisses voisines. En 2002 ell fut reprise par les Pères Mariens et en 2004 elle reçut un nom nouveau de « La Paroisse de la Miséricorde Divine », ainsi devenant un Sanctuaire Régional

Description générale
La paroisse d’Atok se trouve dans la région Est / Haut Nyong au Cameroun. Elle s’étende sur la surface 60x50 km d’environ. Elle appartient à une zone administrative de l’Arrondissement d’Abong Mbang, district Bebend. Sur le territoire de la paroisse il y a la rivière principale Nyong avec limitrophes Souombou et Dile. A l’intérieur du district il y a des petits rivières limitrophes: Gouffle, Liogue, Adoua, Miaboung, Amechieng, Mpempongue, Mpouwe, Antembang, Dambe, Bedouong, Togue, Amefougue, Mpeladja, Chieng, Ankomianz, Dibatode. Cette région est couverte du forêt équatorial vierge, mais ce foret est dejà exploité en grande partie. Il n’en reste que de petits morceaux de forêt comme, par example: Mbel, Begnega, Mikouangue Onkoleobouam, Ifouas, Alagueojooudg, etc.

La mission au Rwanda est bien engagait dans la pastorale de reconciliation apres la guerre. Nous lancons la, un nouveau projet du Centre de Formation Mariale a Kibeho, lieu de martyrologie et des apparitions mariale. Avec ce projet nous voulons apporter nouvelles esperrances aux gens et partager notre charisme mariale.

Routes:
l y une route principale, autoroute nationale (Ayos – Abong Mbang) qui passe par la paroisse. Cette route n’est pas goudronné. Autres trois routes sont des routes forestières (Nyimbe – Soumbou – Ntolock; Atok – Ntolock – Messamena; Atok –Yebekolo – Ntolock – Messamena).

Population:
La paroisse a prèsque 15 mille d’habitants. Les gents appartiennent aux tribus différents: Maka Bebend, Maka Mooanz, Yebekolo, Haoussa (Musulmans), Bayas, Kaka, Poles, Abakoum, Bikele, So’o, Bamilekes, Anglophones, Baka. Chaque tribu parle sa propre langue.

Religion:
Il y en a de religions différentes dans la région. Les plus nombreuses sont les suivantes: les Catholiques (4 277 baptisés inscrits dans le registre paroissiale), Protestants, Musulmans, Traditionnels, et autres églises et sectes diveres (Adventistes, Église du 7 jour, Baptistes, Témoins de Yehova, Foi Baal, Apostoliques, Église Messianique, Dieu t’Aime, Plaine Evangile Rose Croix).

Traditions:
Les traditions et les coutumes sont différents dans chaque tribu, mais en général ils ont le respect pour la vie, la famille, les croyances aux ancêtres, longue célébration de deuil etc.

Enseignements:
Il y a 11 écoles primaires publiques et 3 écoles maternelles publiques dans la paroisse. Les gent voudraient avoir aussi une école secondaire et un collège est en création à présent.

Habitation:
Les gens (90%) habitent des maisons en terre très primitives couvertes de nattes de palme. Seuls les plus riches ont leurs maison construites de briques adobes et, très rarement, de blocs de parpins couvertes de tôle. Il y en a aussi ceux qui font leurs maisons avec les planches.

Dévéloppement
La région est sous-développée, car il n’y a pas de routes goudronnées, ni électricité, ni d’infrastructures industrielles. La population est très pauvre.

Alimentation:
En général les gens vivent de l’agriculture, de la pêche et de la chasse. Ils cultivent le maïs, manioc, macabo, plantains, patates douces, arachides, concombres, un peu d’haricots, de légumes et de fruits. En plus, ils cultivent un peu de grains de café et de cacao.

Structure de la paroisse:
La paroisse a une église en dur et le presbytère. Tout cela est situé sur un terrain de 6 ha. Les bâtiments étaient très endommagés et abandonnés à cause du manque de personnel en résidence pendant 7 ans. Avec un grand efford et l’aide des bienfaiteurs nous avons reussi à les réparer et les rénouveller, aussi que à construire des salles et un buerau paroissial.

La paroisse embrasse 25 villages. Il y en a 25 catéchistes qui travaillent comme volontiers. Les villages sont organisés sous la diréction d’un comité des gens responsables pour toutes les activites religieuses. Dans ces villages il y en a 19 chapelles en terre et 2 chapelles en dur. Quatre villages n’ont pas de chapelles. La structure administrative de la paroisse comprend des conseils paroissiaux et des mouvements de l’Action Catholique.

La place importante appartient aux communautés de la Miséricorde Divine. Nous en avons 25, reparties dans tous les village.