Marian Coat of Arms

Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Atok
Les activites du Sanctuaire

Le sanctuaire comme lieu du culte attire les gens qui commencent faire les pélegrinages. En premier lieu, le sanctuaire serve la Paroisse de la Miséricorde Divine par diverses sessions et les liturgies. De plus en plus d’autres gens venant du déhors de la paroisse trouvent l’accueil et font leur recollections. Une pélegrinage stable est organise chaque année pour la Fête de Miséricorde (deuxieme dimanche de pâques).

Les communautés de Miséricorde prient le chapelet à la Miséricorde Divine chaque vendredi vers 15 h. Ils s’engagent aussi selons leurs mesures dans les actions charitables dans leur miellieu. Ils suivent leur formation trimestrielle.

Un groupe de 5 animateurs visite chaque paroisse avec une animation sur la Miséricorde Divine ayant comme but de fonder les communautés dans tout le diocèse et propager la spiritualité et le culte de Miséricorde Divine. Cette activité est inscrite dans le cadre de "L’Apostolat de la Miséricorde Divine".

Selon le calendrier local le Sanctuaire organise les veilles. C’est une prière et animation inculturée qui se basent sur la tradition de deuil soit autres évenements, que l’on prepare à travers la veille nocturne et certains nombre des rites. La veille au Sanctuaire s’inspire sur ces traditions et propose la prière, les méditation bibliques, les proverbes biblique de la miséricorde chantée, la catechèse ainsi que les chants, dances et les présentations théatrales.

Une recherche de l’inculturation est initiée à travers diverses traductions des prières à la Miséricorde Divine en langues locales, création des nouveaux chants, les liturgies avec les rites traditionels, ainsi que les recherches scientifiques sur les thèses ellaborés au Seminaire sur la Miséricorde Divine et son influence sur la culture africaine.

À coté du Sanctuaire nous créons une oeuvre "Le Foyer de la Miséricorde" qui prend une dimension sociale et devient une signe de l’amour divine incarné. Ce Foyer a comme but de porter une aide aux jeunes, pauvres sans école, aux handicapets et aux malades, victimes de SIDA. L’aide proposée sera la formation de base, l’emprentissage d’un metier et l’équippement avec les instruments du travail. Cela sera possible à travers divers projets sociaux. Pour les malades du SIDA une formation preventive et l’accompagnement seront organisés.